Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Des mini entrepreneurs en immersion à Euralille

Des mini entrepreneurs en immersion à Euralille

Des collégiens et lycéens de la région sont venus aujourd’hui soumettre leurs produits aux clients d’Euralille. Un aboutissement pour ces élèves qui travaillent depuis septembre à la création de leur micro-entreprise.

Dans les allées du centre commercial Euralille ce mercredi, des vendeurs pas comme les autres. Répartis sur cinq stands, des collégiens et lycéens de la région sont venus défendre leur produit. Ils participent à la 100e édition du projet « Ma mini-entreprise », proposé chaque année par l’association « Entreprendre pour Apprendre Hauts-de-France ». Depuis le mois de septembre, ils travaillent sur leur concept : étude de marché, démarche auprès des fournisseurs, conception et fabrication… Ils se lancent ici dans la dernière étape : la vente. Et l’exercice n’est pas toujours facile. Sur le stand des porte-manteaux en palette, on cherche du courage pour aborder les premiers clients. À quelques mètres, les 3èmes du collège de Guiscard (Oise), s’en sortent bien avec leur marque « le génie de la lampe ». « Ça commence à venir », se félicite leur professeur de technologie, M. Levaillant. Pour les lycéens, cela semble facile. Mathias, du lycée Arthur Rimbaud de Sin-le-Noble, a eu l’idée de fabriquer des lampes à partir de douilles d’obus. Avec ses camarades, il défend les « Luminobus » devant un parterre de client. Sa passion pour l’histoire et son expérience de collectionneur sont des atouts redoutables.

L’école de la vie d’entreprise Après deux heures d’installation, les ventes sont modestes. Mais les élèves sont conscients que l’objectif de ce projet est surtout de gagner en expérience. Pour les professeurs, c’est aussi un moyen d’apprendre autrement. « En langues, ils ont travaillé leur lettre de motivation, en français, le slogan, en art plastique, le logo et en technologie, ils ont fabriqué le produit », explique M. Levaillant. Solange Brunet, professeure des écoles à l’Institut d’éducation motrice Christian Dabbadie de Villeneuve d’Ascq, remarque déjà les résultats de cette méthode. « Il y a un avant et un après en terme de confiance en soi, de détermination et d’autonomie ». Emballés par le projet et motivés, les élèves vont maintenant essayer de se qualifier pour le championnat européen des mini-entreprises. Il aura lieu les 3, 4 et 5 juillet prochain, à Lille.

Coline Chauffard | 06/03/2019 - VDN