Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Une (très) jeune chef d’entreprise à la rencontre des lycéens

Une (très) jeune chef d’entreprise à la rencontre des lycéens

Contrairement aux nations anglo-saxonnes, la France accuse un retard an matière de culture entrepreneuriale. La boutique de gestion des Entreprises (BGE) ambitionne d’inverser la tendance en menant de front des opérations de sensibilisation à destination des plus jeunes. À Jeumont, le lycée professionnel Louis-Armand s’est prêté au jeu.
Elodie Huvelle de la BGE (à gauche) et Fiona Pinto Flor sont sans doute parvenues à inoculer le virus aux élèves si l'on tient compte de la richesse des échanges.

Si depuis 1979, 30 000 créations ont vu le jour dans la région sous l’égide de l’entité, il reste beaucoup de chemin pour inoculer le « virus » au plus grand nombre. C’est pourquoi Élodie Huvelle, et ses collègues, prennent régulièrement leur bâton de pèlerin pour distiller la bonne parole notamment au sein des établissements scolaires. Et pour rendre l’exercice, de prime abord fastidieux, plus ludique quoi de mieux que de s’adjoindre les services d’un jeune créateur d’entreprise qui a lui-même franchi le cap.

 

C’est le cas de Fiona Pinto Flor, laquelle outre un parcours des plus marquants, a la singularité d’être très jeune. Un point commun avec les 25 élèves de seconde bac pro commerce qui facilite grandement les échanges. À 23 ans, la jeune femme, qui a mis un temps dans la balance une carrière dans l’armée et sa passion pour la coiffure et les soins esthétiques, a déjà un CV fourni.

Pouvoir faire de sa passion son métier

Son franc-parler, ainsi que sa maîtrise des étapes en font l’interlocuteur idéal. Les élèves se sentent en confiance et multiplient les interventions : « Comment vous ferez si votre entreprise ne marche pas ? (…) Vous avez beaucoup de clients ? (…) Combien gagne-t-on quand on crée son affaire ? » Autant de questions pratico-pratiques qui dynamisent les échanges. Fiona répond du tac au tac : « quand on est passionné par notre métier et soutenu par notre famille il ne faut pas hésiter à se lancer (après étude tout de même sérieuse du projet envisagée avec des personnes qualifiées). C’est aussi une chance que de pouvoir faire de ça passion son métier ! C’est pour cela que j’interviens avec la BGE pour vous dire que moi à 20 ans je n’ai pas eu peur d’y croire et de me lancer ».

Ou comment mettre le doigt sur des qualités transposables à n’importe qui au lieu de se focaliser uniquement, comme c’est trop souvent le cas, sur les études. L’après-midi se poursuivait par une conférence « Je découvre » articulée autour d’un QCM et d’un jeu qui a permis aux élèves, par petit groupe, de s’approprier les différentes étapes avant que le projet ne naisse véritablement.

Fiona, 23ans chef d’entreprise

Après quatre années d’apprentissage, Fiona a décidé de se constituer en micro-entreprise dans la prestation de services. Pour assurer les fins de mois, elle couple son activité avec un CDD dans un salon de coiffure aulnésien. À compter du 29 janvier, elle se lance dans le grand bain. Désormais, L’atelier de Fiona, du nom de sa structure, vous reçoit chez elle pour les soins esthétiques et se déplace à domicile pour la coiffure. La jeune femme dynamique a mis le paquet sur les nouvelles techniques et tendances en participant régulièrement à des formations. Consciente que c’est le bouche à oreille qui l’aidera à consolider une clientèle déjà acquise.